Programmes des vendanges 2018

Actualités

  • 24 décembre 2014 | Jour J-20, comment les médias vont-ils réagir au rapport de la Cogest?

    Les journalistes aiment avoir raison. Que fait un journaliste lorsqu’il découvre qu’il s’est trompé à 80%? Il souligne le fait qu’il avait raison à 20%. C’est comme ça. D’où une question légitime: que va-t-il se passer le 13 janvier 2015 quand la Commission de gestion du Grand Conseil valaisan (la Cogest) va publier son rapport sur le bon ou le mauvais fonctionnement des autorités valaisannes dans le dossier Giroud? Dans le Nouvelliste du 2 décembre 2014, le président de la Cogest a annoncé la couleur: « Il n’y aura pas de scoop particulier. » Tout porte à croire que, contrairement aux espoirs de nombreux journalistes, ce rapport va accoucher d’une souris. Comment les médias vont-ils réagir? Vont-ils suivre leur penchant naturel et continuer à affirmer que le Valais est une République bananière et que Dominique Giroud a bénéficié de complaisance ou vont-ils accepter de reconnaître qu’ils se sont largement trompés et qu’ils ont peint le diable sur la muraille? La réponse dans 20 jours.

    En savoir plus
  • 23 décembre 2014 |Marie Parvex, Prix Jean Dumur, publie une fausse information

    Dans Le Temps du 23 décembre 2014, Marie Parvex, couronnée par ses pairs « Meilleure journaliste de l’année 2014 », affirme que Dominique Giroud possède des actions de la société Windisch Media Prod, éditrice du site Internet LesObservateurs.ch. Petit problème: c’est faux. Le même jour, sur son site Internet, Uli Windisch corrige: « Dominique Giroud n’est pas actionnaire de Windisch Media Prod SA. » On ne le répètera jamais assez: l’erreur est humaine.

    En savoir plus
  • 23 décembre 2014 | Le Temps et la RTS se déchaînent

    Pour rappel: Dominique Giroud a commis une erreur en matière fiscale. Il a reconnu cette erreur. Il a dit que c’était inacceptable. Il a exprimé publiquement ses regrets. Il s’est engagé à rembourser les montants soustraits. Il a été condamné par la justice. Faute-regrets-condamnation-réparation. L’affaire est close. Pas pour tout le monde. Dans son édition du 23 décembre 2014, Le Temps consacre sa Une, son éditorial et sa page 3 au sujet. Sous quel prétexte? Le Temps croit pouvoir amener la preuve que Maurice Tornay était complice de Dominique Giroud. Or, c’est faux. Cette question a été clarifiée par les enquêteurs fédéraux qui ont blanchi l’actuel conseiller d’Etat de tout soupçon de complicité ou de participation à une soustraction fiscale. Encore une fois: l’affaire est close. L’ATS ne s’y trompe pas et ne reprend pas l’article du Temps. La RTS oui! Et de quelle manière! C’est la cavalerie qui est appelée à la rescousse: la RTS se jette sur ce vrai-faux scoop dès le 12:45, puis à Forum, enfin au 19:30. L’ATS reste de marbre. A de rares exceptions près, les autres médias aussi. Le Temps et la RTS auraient-ils une dent contre Dominique Giroud qui leur ferait perdre leur lucidité?

    En savoir plus
  • 16 décembre 2014 | Le Matin Dimanche refuse de corriger une erreur

    Dominique Giroud a été innocenté par la justice. Il n’y a jamais eu de Fendant dans son St-Saphorin. Pour rappel: Dominique Giroud n’a jamais été condamné par aucun tribunal pour ses pratiques oenologiques. Dans son édition du 14 décembre 2014, Le Matin Dimanche affirme que Dominique Giroud a été « sanctionné » par la justice. C’est faux. Dominique Giroud demande à la rédactrice en cheffe de l’hebdomadaire de rectifier cette erreur. Réponse de l’intéressée du 16 décembre 2014: « Nous maintenons complètement notre position. Il n’y a aucun correctif à apporter. » Aux lecteurs de juger.

    En savoir plus
  • 14 décembre 2014 | Il n’y a jamais eu de Fendant dans le St-Saphorin (bis)

    Le 3 décembre 2014, Dominique Giroud a fait savoir qu’au terme d’une enquête approfondie, la justice avait établi qu’il n’avait pas trafiqué son vin et que « les bouteilles de St-Saphorin avaient un contenu conforme à la législation applicable ». Dans l’interview accordée le 14 décembre 2014 au Matin Dimanche, le procureur général vaudois confirme ces propos. Dorénavant, le doute n’est donc plus permis : Dominique Giroud est innocenté, il n’y a jamais eu de Fendant dans le St-Saphorin et ceux qui rechignaient à croire Dominique Giroud sur parole peuvent désormais s’appuyer sur la confirmation du procureur général vaudois.

    Téléchargez le fichier liéEn savoir plus
  • 6 décembre 2014 |24 Heures et le Nouvelliste, deux conceptions du journalisme

    Le contraste est saisissant. Le même samedi 6 décembre 2014, les rédacteurs en chef de 24 Heures et du Nouvelliste décident de consacrer leur éditorial à Dominique Giroud. Thierry Meyer rédige un texte nuancé. Il évoque les ombres, mais aussi les lumières de « l’affaire Giroud ». Il s’interroge sur le travail des médias pour reconnaître que « la presse s’est trompée ». Il ajoute: « Elle doit le reconnaître. » Pas d’accord, répond Vincent Fragnière en substance. Son éditorial ne laisse de place ni à la nuance, ni aux lumières. Le rédacteur en chef du Nouvelliste ne voit aucune raison de faire son autocritique, bien au contraire: il réussit à inventer huit arguments censés prouver que « l’affaire Giroud n’est pas terminée » et que sa culpabilité totale sera bientôt démontrée. Ici encore, les lecteurs jugeront.

    Téléchargez le fichier liéEn savoir plus
  • 4 décembre 2014 | Question de L’Agefi: Dominique Giroud va-t-il s’en prendre à ceux qui l’ont accusé à tort?

    Après l’acquittement de Dominique Giroud dans l’affaire dite du St-Saphorin, L’Agefi se demande à combien s’élèvent les dégâts commerciaux causés par la campagne médiatique. Le quotidien économique se demande également si Dominique Giroud va intenter des procédures en dommages et intérêts contre ceux qui l’ont accusé à tort. Les réponses à ces questions se trouvent dans l’interview du porte-parole de Dominique Giroud publiée par L’Agefi le 4 décembre 2014.

    Téléchargez le fichier liéEn savoir plus
  • 3 décembre 2014 | Dominique Giroud acquitté, il n’y a jamais eu de Fendant dans son St-Saphorin

    En 2006, Dominique Giroud a commercialisé un lot de 100’000 bouteilles de St-Saphorin. En 2009, cette transaction a fait l’objet d’une plainte pénale. Après une enquête exhaustive, le Ministère public conclut expressément aujourd’hui que « les 100’000 bouteilles de St-Saphorin avaient un contenu conforme à la législation applicable ». Dominique Giroud est ainsi innocenté : il n’y a jamais eu de Fendant dans du St-Saphorin commercialisé par ses soins.

    Téléchargez le fichier liéEn savoir plus
  • 3 décembre 2014 |Une commission du Grand Conseil valaisan viole la sphère privée de Dominique Giroud

    Deux poids deux mesures. La Commission de justice (COJU) du Grand Conseil valaisan publie un rapport dans lequel elle évoque deux encaveurs. Dans le premier cas, elle prend soin de protéger la sphère privée de la personne concernée, évoquée uniquement par ses initiales (S.S.). Dans le second cas, elle s’oublie et cite nommément Dominique Giroud. Pourquoi la COJU viole-t-elle la sphère privée de Dominique Giroud?

    En savoir plus
  • 20 novembre 2014 | Une inadvertance du Temps

    Dominique Giroud doit corriger une formulation inexacte et diffamatoire utilisée à son égard dans un éditorial du Temps.

    Téléchargez le fichier liéEn savoir plus

Inscrivez-vous à ma newsletter

Je m'inscris